La méthode du portrait pour synthétiser des données composites sur les pratiques médiatiques des publics

Dans le cadre des études sur les pratiques médiatiques, les méthodes qualitatives s’avèrent nécessaires pour considérer les publics dans leur variété, au travers de diverses configurations de construction des significations dans la réception. Le chercheur qualitatif va alors chercher à atteindre différents domaines de verbalisation tels que des intentions d’usage, des avis, en prêtant également attention aux usages effectifs et au contexte. La variété des méthodes qualitatives permet de faire émerger ces différents niveaux de significations, mais confronte le chercheur à une difficulté dans la phase de restitution des résultats. Comment proposer une restitution synthétique de l’ensemble de ces données, tout en gardant leur diversité et leur complexité, sans évacuer la situation d’usage ?
Nous proposons de présenter la méthode du portrait qui nous semble pouvoir répondre à ces enjeux. Après avoir présenté cette méthode et ses fonctions, interprétative et communicationnelle, nous préciserons les liens entre portraits (Lahire, 2002), récits de vie (Bertaux, 1997) et récits phénoménologiques (Paillé et Mucchielli, 2003). Nous ferons également le lien avec d’autres méthodes utilisées dans le cadre de champs professionnels afférents aux sciences de l’information et de la communication (portrait journalistique, personas en conception numérique, etc.). Nous préciserons ensuite les différentes étapes que nous suivons dans sa rédaction en illustrant nos propos par l’exemple du portrait d’une téléspectatrice de la série « Plus Belle la vie ». En parallèle, nous rédigerons séparément son portrait, à partir de données communes issues d’un entretien approfondi, d’une observation à son domicile en situation de visionnage de la série et d’une observation de son activité sur les réseaux socio-numériques, en lien avec la série. La comparaison de nos deux “mises en portrait” nous permettra dans un troisième temps de questionner cette “boîte noire de l’interprétation” et de revenir sur l’utilité de cette méthode à des fins de synthèse.
juin 11 @ 10:00
10:00 — 10:30 (30′)

Salle 205

HEID Marie-Caroline | ITIC / Département Information-Communication Laboratoire LERASS-CERIC, MARTY Fréderic | SIC UPV Université de Montpellier 3

Copyright 2020 MY WAY EVENT